J'écoutais hier soir sur France Inter un débat sur la PAC , auquel participait François Thabuis notamment... et dans un meme temps je me remémorait les dernières sorties de Stephane Le Foll, ministre de l'agriculture

"La consommation des pesticides stagnent alors que le grennelle annonçait une reduction de 50 % en 2018"

"20 % d'agriculture biologique, nous sommes à un peu plus de 3 % aujourd'hui, c'est un echec"

"il faut changer de modèle, avoir une approche systémique, collective... "

et du ministre de l'agroalimentaire Garrot, qui posait la question de l'exellence alimentaire et de la transition du modèle Doux voir " breton" vers un autre modéle social, environnemental et alimentaire.

 

L'Europe est toujours dans la difficulté pour poser ces débats et redéfinir réellement une politique visionnaire, Ciolos se prend d'ailleurs depuis plusieurs mois les pieds dans le tapis institutionnel européen...

Dans un meme temps, Stephane Le foll semble s'approcher des questions essentielles à traiter selon ce qu'on peut lire ou ecouter lors de ces premières sorties. Cependant je crains fort que malgre la bonne volonté ( ce n'est ce pas mon ami Francois T qui me dira le contraire), les structures, l'organisation actuelle de celles ci et le conservatisme ambiant freine et ramène bien souvent les leaders égarés dans l'ornière du statu quo.

Il me semble essentiel pour ces leaders de causer stratégie de changement et de preparer les conditions de ce changement. Je n'en suis pas un expert, mais je ne vois pas poindre pour le moment de point de rupture ( ex: une timide reforme des elections chambres d'agriculuture, une place plus importante des regions dans le pilotage du second pilier...) avec le fonctionnement actuel.

Il est vrai que je suis un peu plus loin de ces affaires même si de mon exploitation , de mon ternois et de ma coop, j'observe tout ça avec beaucoup d'intérêt, on ne se refait pas!