assiette 

 

ARTE, documentaire "Notre poison quotidien" Marie-Monique Robin

Ce reportage sur l'omniprésence de la chimie dans notre quotidien est forcément à charge mail il semble construit gràce à un travail documenté et sérieux. Il dépasse d'ailleurs largement la question agricole...

J'ai fait le choix rapidement de remettre en cause sur mon exploitation la dépendance aux "intrants" (autre nom des "pesticides"). Ca me semble à la fois responsable du fait des risques que l'on prend à chaque utilisation mais aussi des inquiètudes d'une partie des citoyens et surtout des scientifiques sur les effets de notre manière de vivre et sur l'environnement dans lequel on vit. Ca me semble être dans un second temps un réel moyen de gagner en autonomie, nécessaire en cas de difficultés à connaitre l'avenir.

Le respect du cahier des charges bio m'a obligé a proscrire les intrants issus de la chimie de synthèse. L'autre partie de l'exploitation n'est pas en bio mais les changements opérés (réduction du travail du sol, changement de rotation, reflexion sur alimentation des animaux, couverts hivernaux, légumineuses, association des plantes...), non sans difficultés, me permettent d'entrevoir de réelles avancées sur cette question de la dépendance de nos systèmes aux intrants. J'ai envie en conservant les deux modes de production de confronter les deux approches, de dépasser les débats stériles du "défi alimentaire" et de démontrer que les champs des possibles sont très nombreux et motivants pour ma génération.

Malgré cette démarche individuelle judicieuse ou non, ce reportage fait émerger la problématique de la responsabilité collective et de la transparence.

La question de la gouvernance alimentaire permettant de définir dans un lieu avec les parties prenantes le type d'alimentation souhaitée dans un territoire, basé sur un réel diagnostique, devient indispensable tant il est urgent de retrouver de la sérénité. On pourrait l'appeler le grenelle pemanent alimentaire...