assiette_imprime_bleu_450

Entre l'AMAP généralisée et la malbouffe à l'américaine, il existe une voie. Nous avons vraiment besoin de poser le débat d'une agriculture territorialisée, de qualité et accessible.


Pour cela, il suffirait de garantir  localement les débouchés des producteurs par une politique structurante des Régions (bientôt les élections), définitivement changer le code des marchés publics qui incite au moins offrant dans la restauration hors foyer par la loi de modernisation agricole (LMA) et utiliser la prochaine réforme de la politique agricole commune  (PAC) pour réorienter les exploitations vers des systèmes autonomes, économes et diversifiés (en opposition à des territoires spécialisés: le cochon dans telle région, le lait par là, les céréales de ce coté et les légumes en espagne!).

Nous avons les moyens de faire face à la Grande Distribution et aux Industries-Agro-Alimentaires sur-puissantes grâce à des politiques publiques existantes.

Imaginons: la restauration collective basée sur le local, un réseau de distribution coopératif de produits français et locaux, un élevage (laitier et viande) basé essentiellement sur l'herbe, la production de protéines si nécessaire concurrente du soja OGM américain, les fruits et légumes encadrés en terme de prix et ainsi accessibles à tous, des paysages préservés, des montagnes avec des montagnards, etc...
Oui, c'est possible, ça ne demande ni révolution, ni expropriation des terres aux paysans, ni boisement du territoire français, ni de créations de "réserves d'indiens " pour urbains en mal de campagne, ça demande juste une approche globale des enjeux alimentaires, de santé publique et environnementaux !

Je mets un lien vers un doc alarmiste mais qui m'arrange plutôt bien !