La candidature aux élections régionales des Jeunes Agriculteurs de ma région est lancée ! Il nous reste une semaine pour rendre la copie qui doit comporter 113 noms, et je serai probablement la tête de liste de cette aventure singulière. Nous avons entrepris cette démarche pour interpeller, pour appeler à l’engagement citoyen. Nous savons que nous créons un précédent.

Pour ma génération de jeunes agris, il apparaît de plus en plus évident que l’agriculture et l’alimentation ont un destin commun dans un territoire partagé et préservé. Ce lien entre la production et la consommation sera un premier rempart face à la promesse d’une Europe qui ne veut plus réguler, qui ne veut plus protéger celles et ceux qui la nourrissent !

Inutile de vouloir nous faire rentrer dans telle ou telle case...

Malheureusement, cette aventure commence aussi par quelques incompréhensions prévisibles avec les médias qui souhaitent nous faire rentrer dans leurs cases habituelles, certainement plus sécurisantes… Ainsi, on a pu lire dans la presse que les JA du NPC étaient une simple «  branche de

la Fnsea». Ou encore : «  Ils vont siphonner les voix de l’UMP » ! Sous entendu : trop jeunes et tendres pour être autonomes et seuls les paysans voteront pour eux et un paysan, c’est bien connu, il vote à droite.

Je me sens aujourd’hui, comme nombre de mes jeunes collègues, un paysan totalement libre de penser, d’agir, d’écrire ou encore de m’exprimer.

Dans cette campagne des régionales 2010, nous serons maladroits sûrement, naïfs probablement, mais dans une « case rassurante et réductrice» certainement pas ! L’agriculture, par l’arrivée de nouveaux porteurs de projets et d’une génération mêlée à la société par la force des choses (nous sommes de moins en moins nombreux !), est en train de changer.

Et je veux, nous voulons, changer le regard que l’on porte par habitude et convenance sur une corporation en sursis. Nous porterons ainsi pendant cette campagne avec nos tripes le message « Mettons le Nord pas de Calais dans nos assiettes ». L’alimentation de qualité, accessible à tous et le partage de l’espace régional avec les villes seront au chœur de nos revendications.